crochet-gauche crochet-droit

LE PROJET MASSIF CENTRAL

en savoir +

spectacles & rando

Informations

Composition : André Ricros / Arrangement : Clément Gibert / Chorégraphie, danse : Vincent Mantsoe / Cabrette et chant : André Ricros / Trombone : Michel Barbier / Clarinette : Clément Gibert / Batterie : Christian Rollet / Contrebasse : Eric Brochard / Violon : Clémence Cognet / Cabrette et chant : Jacques Puech / Récitant : André Ricros / Lumière : Serge Damon / Son : Magali Burdin.

Durée : 1h – Tarifs : 12€ /8 € - Réservations au 04 66 65 75 75

Partenaires

Spectacle accueilli par Scènes Croisées, la mairie et le foyer rural d’Aumont Aubrac.

Production : L’Auvergne imaginée. Coproduction : Compagnie Noa, ARFI (Lyon), Sémaphore, scène conventionnée de Cébazat, Service culturel, Ville de Riom. Avec le soutien de : ministère de la Culture et de la Communication, DRAC Auvergne, Conseil régional d’Auvergne, Projet Massif Central sur la Bourrée, Conseil général du Puy-de-Dôme. Projet coproduit dans le cadre de l’appel à projet « Patrimoine culturel et identité territoriale : langues, musiques et danses traditionnelles en Massif central ». Co-production : Scènes Croisées de Lozère, Association nationale Culture et Tradition (Auvergne), La Maison du patrimoine oral de Bourgogne, le Centre régional des musiques traditionnelles en Limousin, l’Institut d’études occitanes du Limousin (IEO), l’Agence des musiques des territoires d’Auvergne (AMTA). Avec le soutien de la Datar Massif central, la Région Auvergne, la Région Bourgogne, la Région Limousin et la Région Languedoc-Roussillon.

AU-DESSUS DU MONDE

10 mai 2014/Languedoc-Roussillon

En toile de fond, le monde de la bourrée et comme fil conducteur, l’esprit de cette danse traditionnelle. Car dans le registre des danses populaires, celle-ci occupe une place à part. Si elle s’inscrit dans un rite social dont le but est l’échange, la rencontre, la séduction, la bourrée qui se danse seul, véhicule quelque chose qui aurait à voir avec l’apesanteur. Les pieds frappent le sol de façon brutale et énergique, mais c’est pour mieux s’élever comme pour flotter dans l’air.

Aux côtés des musiciens de l’ARFI (Association à la recherche d’un folklore imaginaire) un chorégraphe sud-africain installé en Auvergne, Vincent Mantsoe, s’en est emparé pour en restituer l’essence selon son propre langage corporel. La musique s’appuie sur une série d’airs de bourrées à trois temps. L’orchestration rassemble des improvisateurs et une violoniste traditionnelle qui fait le lien entre l’héritage et la modernité de la musique.